sourire


sourire

1. sourire [ surir ] v. intr. <conjug. : 36>
XIIe; lat. subridere
1Faire un sourire. aussi 1. rire . « Les paupières mi-closes, la bouche entr'ouverte, elle sourit » (France). Elle « lui sourit en lui montrant qu'elle le comprenait bien » (Balzac),elle lui adressa un sourire. Il sourit de satisfaction.
S'amuser de qqch. (en manifestant ou non par l'expression du visage l'ironie, le dédain, etc.). Elle souriait de le voir si coquet. Un piano « dont la forme mesquine fait sourire, quand on songe aux pianos à queue d'aujourd'hui » (Nerval).
2(Choses) SOURIRE À (qqn),lui être agréable ou convenable. ⇒ convenir, plaire. « Un mariage qui ne me sourit pas » (Sand).
Être favorable. Enfin la chance, la vie lui sourit.
Poét. Être radieux. « L'automne souriait » (Hugo).
sourire 2. sourire [ surir ] n. m.
XIIe; subst. de 1. sourire
Mouvement léger de la bouche et des yeux, qui exprime l'amusement ou l'ironie. Vx 2. souris. « Le regard de Rivarol était terne; mais tout son esprit se retrouvait dans son sourire » (Chênedollé). « Lui que les princesses accueillaient le sourire aux lèvres » (Gautier). Les premiers sourires d'un bébé. Faire, adresser un sourire à qqn, lui sourire. Être tout sourire : sourire largement. — Loc. fam. Avoir le sourire : être enchanté de ce qui est arrivé, montrer sa satisfaction. Garder le sourire : rester souriant en dépit d'un échec, d'une déception (cf. Faire contre mauvaise fortune bon cœur).

sourire verbe intransitif (latin subridere, de sub, sous, et ridere, rire) Avoir un sourire, le sourire : Un homme qui ne sourit jamais.sourire (citations) verbe intransitif (latin subridere, de sub, sous, et ridere, rire) Henry Millon de Montherlant Paris 1895-Paris 1972 Académie française, 1960 On ne doit pas accorder sa confiance à quelqu'un qui ne sourit jamais. Carnets Gallimard Odilon Jean Périer Bruxelles 1901-Bruxelles 1928 Tu n'as pas désespéré, Comment saurais-tu sourire ? Poèmes Gallimard Virgile, en latin Publius Vergilius Maro Andes, aujourd'hui Pietole, près de Mantoue, 70 avant J.-C.-Brindes 19 avant J.-C. L'enfant à qui ses parents n'ont pas souri n'est digne ni de la table d'un dieu, ni du lit d'une déesse. … cui non risere parentes, Nec deus hunc mensa, dea nec dignata cubili est. Les Bucoliques, IV, 60sourire (difficultés) verbe intransitif (latin subridere, de sub, sous, et ridere, rire) Conjugaison Comme rire. Attention au redoublement du i aux première et deuxième personnes du pluriel, à l'indicatif imparfait et au subjonctif présent : (que) nous nous souriions, (que) vous vous souriiez. ● sourire (expressions) verbe intransitif (latin subridere, de sub, sous, et ridere, rire) Faire sourire, prêter à une petite moquerie sans méchanceté : Une naïveté qui fait sourire.sourire verbe transitif indirect Témoigner à quelqu'un de la sympathie, de l'affection, de la gentillesse, en lui adressant un sourire : Sourire à son interlocuteur. Être agréable à quelqu'un, lui plaire, lui convenir : Voilà une perspective qui ne me sourit guère. Être favorable à quelqu'un, en parlant de la chance, du sort, etc. : La fortune lui sourit. Considérer quelque chose ou quelqu'un avec amusement, ironie, s'en moquer sans méchanceté : Sourire de la naïveté de quelqu'un.sourire nom masculin (de sourire) Expression rieuse, marquée par de légers mouvements du visage, et en particulier un élément de la bouche, qui indique le plaisir, la sympathie, l'affection, etc. : Accueillir un ami avec le sourire. Un sourire moqueur.sourire (homonymes) verbe transitif indirectsourire (synonymes) verbe transitif indirect Être agréable à quelqu'un, lui plaire, lui convenir
Synonymes :
- aller (familier)
Être favorable à quelqu'un, en parlant de la chance, du...
Synonymes :
Considérer quelque chose ou quelqu'un avec amusement, ironie, s'en moquer sans...
Synonymes :
- rire de
sourire (citations) nom masculin (de sourire) François René, vicomte de Chateaubriand Saint-Malo 1768-Paris 1848 Plus le visage est sérieux, plus le sourire est beau. Mémoires d'outre-tombe Jules Renard Châlons, Mayenne, 1864-Paris 1910 Le sourire est le commencement de la grimace. Journal, 7 janvier 1893 Gallimardsourire (expressions) nom masculin (de sourire) Avoir le sourire, laisser paraître sa satisfaction, être content de ce qui est arrivé. Garder le sourire, rester de bonne humeur en dépit d'une situation malheureuse.

sourire
n. m. Action de sourire; expression d'un visage qui sourit. Faire un sourire à qqn.
————————
sourire
v. intr.
d1./d Prendre une expression rieuse par un léger mouvement de la bouche et des yeux.
Sourire à qqn, lui adresser un sourire.
|| Fig. Sourire de qqch, s'en amuser (avec mépris, avec dédain, etc.).
Cela fait sourire: cela ne peut pas être pris au sérieux.
d2./d (Choses) être agréable (à qqn). Cette idée ne lui sourit guère.
La chance ne me sourit pas, ne m'est pas favorable.

I.
⇒SOURIRE1, verbe
A. — [Le suj. désigne une pers.] Prendre une expression légèrement rieuse, en esquissant un mouvement particulier des lèvres et des yeux. La belle et fraîche méridionale (...) montrait ses dents en souriant (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Mme Parisse, 1886, p. 731). Manuel le regarda, et sourit. Quand il riait, c'était comme un enfant; mais il souriait d'un sourire qui abaissait les coins de sa bouche, et donnait un style amer à son menton lourd (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 573). La fossette qui apparaissait quand elle souriait rendait son merci plus précieux (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 25).
SYNT. Sourire continuellement, discrètement, doucement, faiblement, largement; sourire à demi, à moitié, à peine, avec effort; sourire avec les yeux, des yeux, de toutes ses dents; ne jamais sourire; sourire pour un rien; sourire d'un sourire jeune, enfantin, d'un sourire d'enfant; parler, répondre en souriant.
[P. méton.;] [le suj. désigne les yeux, la bouche] Tes yeux me souriaient... et je marchais heureux sous le ciel constellé (SAMAIN, Chariot, 1900, p. 108). Le châtain aux yeux pers, dix-sept ans, une bouche empourprée qui ne souriait qu'à nous et à quelques jolies filles (COLETTE, Sido, 1929, p. 129).
En partic. [Le suj. désigne une représentation artist.] Le vent de l'autre nuit a jeté bas l'Amour Qui (...) Souriait en bandant malignement son arc (VERLAINE, Œuvres compl., t. 1, Fêtes gal., 1869, p. 95).
1. — [Dans un cont. positif ou mélioratif]
a) Empl. intrans.
) [Le sourire, spontané, indique un sentiment réel de joie, de satisfaction, de sympathie, de reconnaissance]
[Suivi d'un adv.] Sourire affectueusement, agréablement, gentiment, malicieusement. Puis il lui sourit aimablement: — Voulez-vous entrer, Monsieur des Lourdines (CHÂTEAUBRIANT, Lourdines, 1911, p. 103).
Sourire avec. Sourire avec bonté, complaisance, finesse, grâce, malice, modestie, pitié, tendresse; sourire avec un air de satisfaction. Il souriait avec douceur et d'un air content (VIGNY, Serv. et grand. milit., 1835, p. 193). [Les enfants] sourient avec confiance, ils n'ont pas peur (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 121).
Sourire de
Sourire d'aise, de bonheur, d'espoir. Il a été très sensible à tes félicitations. Il en souriait de plaisir (RIVIÈRE, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1907, p. 246).
Sourire d'un air (d'une façon, d'une manière) amical(e), complice, engageant(e), entendu(e), exquis(e), gai(e), indulgent(e), rusé(e). La belle charcutière se pencha, sourit d'une façon amicale aux deux poissons rouges qui nageaient dans l'aquarium (ZOLA, Ventre Paris, 1873, p. 667). La négresse sourit d'un air entendu (BENOIT, Atlant., 1919, p. 230).
Sourire de l'air de qqn qui... Je souris de l'air de quelqu'un qui en sait plus long qu'il ne le dit (PROUST, Prisonn., 1922, p. 335).
Expr. Sourire et pleurer, sourire en pleurant, au milieu des larmes, à travers ses larmes. Je tremble, je souris et je pleure à la fois. Dieu! que je suis heureuse! (DELAVIGNE, Louis XI, III, 8, p. 134):
1. La tante poussa un cri en se retournant: « Ô mes enfants! » dit-elle, et elle se mit à pleurer, puis sourit à travers ses larmes. — C'était l'image de sa jeunesse, — cruelle et charmante apparition! Nous nous assîmes auprès d'elle, attendris et presque graves, puis la gaieté nous revint bientôt...
NERVAL, Filles feu, Sylvie, 1854, p. 607.
) [Le sourire exprime un sentiment d'incrédulité ou de raillerie légère] Sourire d'un air amusé, incrédule. Oh! Il vous aimait... Là, permettez-moi de sourire!... Il faut être naïve pour croire à l'amour de M. Pinto! (BOURDET, Sexe faible, 1931, I, p. 309).
Sourire dans sa barbe. Sourire discrètement, sous cape, aux actes ou aux propos d'autrui. Mon grand-père souriait dans sa barbe quand je traînais ma maussaderie dans son bureau (SARTRE, Mots, 1964, p. 138).
b) Empl. trans. indir. Sourire à
) [Le compl. désigne une pers.] Témoigner de la sympathie, de l'affection, de l'intérêt à quelqu'un en lui montrant un visage souriant. La jeune femme reprit son chant triste et doux, puis baisa le petit enfant qui lui souriait en lui tendant ses bras (SUE, Atar-Gull, 1831, p. 17). Voici la mercière qui, sur le pas de sa porte, nous sourit et nous salue... (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 61). Le (...) chef d'orchestre (...) agitait ses bras pris dans une chemise bouffante en souriant aux dames avec langueur (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 274).
Loc. fig. Sourire aux anges. Sourire distraitement et sans raison apparente. M. Chasle (...) piqué sur sa chaise (...) souriait aux anges et semblait attendre le coup de grâce (MARTIN DU G., Thib., Mort père, 1929, p. 1273).
) Au fig. [Le compl. désigne une entité abstr.] Porter un regard favorable et bienveillant (sur). Pense, chaque matin, à la page du soir: Vieillard, tu souriras au livre de ta vie (BRIZEUX, Marie, 1840, p. 9). Je fais mon possible pour sourire à toute chose en me parlant à moi-même, pour me consoler de ce que j'entends [à Paris] (SAND, Corresp., t. 3, 1847, p. 367).
c) Empl. pronom.
) réfl. Albert (...) debout devant la glace, se souriait avec un air de satisfaction qui n'avait rien d'équivoque (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 520).
) réciproque. Tous deux restèrent sans pouvoir parler, se souriant l'un à l'autre (FLAUB., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 277). Le ministre et l'académicien se rencontrent assez souvent dans des solennités dont la solennité ne les empêche pas de se sourire, — et dans ce sourire, chers camarades, croyez bien que le souvenir du vieux collège entre pour quelque chose (VALÉRY, Variété IV, 1938, p. 201).
2. [Dans un cont. nég. ou dépréc.]
a) [Le sourire indique une insatisfaction] Sourire amèrement, douloureusement; sourire avec angoisse, gravité, mélancolie; sourire d'un sourire triste. Il ne s'agit pas de moi, reprit-elle en souriant avec amertume (BALZAC, Lys, 1836, p. 150). Ma mère sourit tristement: — Mon enfant, les hommes sont souvent sans courage et sans foi (FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 381).
b) [Le sourire indique des sentiments d'inimitié ou d'antipathie] Sourire avec (d')un air de reproche, d'un air (d'un sourire) narquois; sourire avec méchanceté, mépris. Elle s'endormit en souriant de ce sourire que doit avoir le génie du mal lorsqu'il a résolu la perte d'une âme (SANDEAU, Mlle de La Seiglière, 1848, p. 259). On apprend même à sourire jaune à l'odieuse Mlle Rinquet (SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p. 19).
c) [Le sourire est affecté ou contraint, cache une autre réalité] Sourire d'un air contraint, embarrassé, avec embarras; sourire poliment. Lui, souriait d'un air gêné, comme s'il avait fait là une proposition blessante (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 491). Je me mis à sourire, un peu piqué, d'un sourire de commande (GRACQ, Syrtes, 1951, p. 112).
3. Manifester, par un sourire moqueur, qu'on ne prend guère au sérieux les actes ou les propos de quelqu'un. Synon. s'amuser, se moquer (de). Mais je ne souriais pas pour me moquer! Je compatis à ta peine, Henriette... (BERNSTEIN, Secret, 1913, II, 3, p. 18).
a) Sourire de (d'une pers. ou de l'une de ses particularités). Il faut donc sourire de la prétention de certains savants (GOURMONT, Esthét. lang. fr., 1899, p. 28). — Ne souris pas de moi, mon enfant. — Ô mère! Je reviens à vous très humble (GIDE, Retour enfant prod., 1907, p. 483).
Sourire sur. Aujourd'hui les voilà qui sourient sur eux-mêmes, car la vérité leur est venue comme l'effacement d'une question (SAINT-EXUP., Citad., 1944, p. 620).
b) Faire sourire, prêter à sourire. Provoquer, par une attitude, par un propos particulier une situation prêtant à la moquerie, à la raillerie légère. Un accent qui fait sourire. Un homme de lettres ne devrait jamais faire le héros parmi ses livres s'il ne veut donner, non pas à rire, mais à sourire, ce qui est encore plus fâcheux (GREEN, Journal, 1954, p. 258):
2. Je vais peut-être vous faire sourire, mais mon ignorance était telle que je me suis longtemps représenté le sexe féminin, non pas dans le sens vertical, mais dans le sens horizontal, comme la bouche.
H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 243.
B. — P. métaph. ou au fig.
1. Empl. intrans.
a) Poét. ou littér.
) [Le suj. désigne des phénomènes climatiques ou météor. (liés au temps ou aux saisons) particulièrement agréables] La lune, le soleil sourit; avril, un matin d'hiver, un dimanche d'été, la nouvelle année sourit; l'aube sourit; les soirs de juin sourient. Et la nouvelle année, à la suite brumeuse, Laissant traîner les plis de sa robe neigeuse, Sourit avec des pleurs, et chante en grelottant... (RIMBAUD, Poés., 1871, p. 35). La terre était en fleurs; le ciel bleu souriait sur sa tête; la vie chantait dans son jeune sein (SANDEAU, Mlle de La Seiglière, 1848, p. 279).
) [Le suj. désigne la nature, ou un élément naturel, notamment les premiers bourgeons et les premières fleurs] Les plantes, les roses sourient. La verdure commence à courir sur les rameaux, les abricotiers sourient sous leurs petites fleurs roses (TAINE, Voy. Ital., t. 1, 1866, p. 51). Les arbres dont les bourgeons sourient déjà, et, demain, éclateront de rire (RENARD, Journal, 1906, p. 1038).
) [Le suj. désigne un élément construit du paysage et dont l'aspect est agréable à la vue] Le vieux bourg (...) sourit sous ses pierrailles À ses monts familiers qui rêvent dans l'azur (SAMAIN, Chariot, 1900, p. 25). Le palais (...) souriait au centre d'un jardin à la française (TOULET, Comme une fantaisie, 1918, p. 193).
Sourire à qqn. Il faisait enfin grand jour. Paris me souriait par tous ses magasins ouverts; l'Odéon lui-même prenait pour me saluer un air affable, et les blanches reines de marbre du jardin du Luxembourg (...) semblaient me faire gracieusement signe de la tête (A. DAUDET, Trente ans Paris, 1888, p. 7).
b) P. plaisant. [Le suj. désigne un vêtement, des chaussures] Bâiller, être fendu à certains endroits comme l'est la bouche quand elle sourit. Les souliers crèvent, le pantalon sourit, le linge manque (VALLÈS, Réfract., 1865, p. 17).
2. Empl. trans. indir. [Le sujet désigne un abstr.] Sourire à
a) Convenir, être agréable, plaire à. Vous me demandez si cela me sourirait, de vous fournir de quoi faire votre édition à bon marché (SAND, Corresp., t. 3, 1850, p. 203). On leur mettra la camisole de force pour aller à l'institut les jours de séance. Cette idée me sourit (MURGER, Scènes vie boh., 1851, p. 182).
b) Être favorable à. Vous êtes riche, titré, de noblesse ancienne; vous avez des talents, de l'avenir, tout vous sourit (BALZAC, Adieu, 1830, p. 55). De ce côté du moins la chance lui souriait. Tant de jeunes gens du quartier étaient chaque semaine emmenés pour les Ardennes, ou même le front! (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 248).
Prononc. et Orth.:[], (il) sourit [-]. Ac. 1694, 1718: sous-; 1740: soû-; dep. 1762: sou-. Étymol. et Hist. 1. Ca 1140 surrire (Voyage de Charlemagne, éd. G. Favati, 373: l'uns a l'altre surrist); 1742 verbe réciproque (CRÉBILLON fils, Le Sopha, 185: ils se sourioient d'une façon froide et contrainte); 1748 verbe réfl. (DIDEROT, Les Bijoux indiscrets, 161: Ariadné, placée devant son miroir, se sourit à elle-même); 2. 1174-77 sourire à qqc. (Renard, éd. M. Roques, br. III, 3983, p. 23: En sorïent as bacons dit); 3. 1636 « exprimer discrètement de l'ironie; se moquer » (J. MAIRET, Les Galanteries du duc d'Osonne, p. 155); 4. 1675 en parlant d'une partie du visage (Mme DE VILLEDIÈRE, Les Désordres de l'Amour, p. 156: sa bouche semble toujours sourire); 5. a) 1745 fig. avec comme suj. un nom de chose « présenter un aspect agréable » (F. D'ARNAUD, Les Époux malheureux, p. 52: Il ne voit aucun obstacle; l'avenir lui sourit toujours); b) 1779 id. « resplendir » (J. ROUCHER, Les Mois, poème en 12 chants, t. 2, p. 77: côteaux escarpés où l'automne sourit). Du lat. pop. , altér. du lat. « sourire », dér. de « rire »; préf. sub- marquant l'atténuation. Bbg. QUEM. DDL t. 10.
II.
⇒SOURIRE2, subst. masc.
A. — Expression discrètement rieuse du visage qui se traduit par un léger mouvement des lèvres (relèvement des commissures) et des yeux, laissant apparaître des sentiments divers, notamment de joie, de satisfaction, de sympathie:
1. Elle augmentait son sourire. Sourire d'une aisance extraordinaire qui prenait le tranchant d'un petit couteau. Sourire d'une tendresse presque criminelle. Sourire complice — jusque dans la nuit des temps de l'homme qui rebaissait la tête. Sourire à n'en plus finir. Sourire de métier? ah non! Déjà l'homme avait passé le but, et l'amour, l'amour était né.
JOUVE, Scène capit., 1935, p. 39.
1. Action de sourire; résultat de cette action.
a) [Avec art. déf.] Expression de quelqu'un qui sourit. (Avoir) le sourire à la bouche, aux lèvres, sur les lèvres, sur le visage; aimer le sourire de (qqn). Le sourire, ce doux épanouissement qui rend la jeunesse semblable aux fleurs (MUSSET, Lorenzaccio, 1834, I, 6, p. 119). Le sourire est le signe le plus délicat et le plus sensible de la distinction et de la qualité de l'esprit (SAINTE-BEUVE, Poisons, 1869, p. 25).
Loc. verb.
Avoir le sourire. Manifester sa joie, sa satisfaction dans une circonstance particulière. Il porte un costume de velours, un grand chapeau, de longs cheveux, et il a le sourire (GUITRY, Veilleur, 1911, I, p. 5).
Garder le sourire. Rester aimable et souriant même dans l'adversité. Dans un monde où l'on vocifère (...) où l'on se tape de plus en plus sur le cœur, nous avons su garder le sourire tous les deux (ANOUILH, Répét., 1950, V, p. 116).
Loc. prép. Avec le sourire. Avec joie, gentillesse, en gardant le sourire. Ajouter, parler, répondre, saluer, s'exécuter avec le sourire. Pour que j'accepte avec le sourire que mon fils soit entretenu par l'amant d'une vieille femme à cheveux jaunes (COCTEAU, Parents, 1938, I, 4, p. 208). Xénia arriva dans un fiacre avec le sourire et tous ses bagages (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 70).
P. méton. Le sourire de l'œil (des yeux), du visage, de la bouche. Rien n'existe: tout est rêve. N'oublie pas l'alcool, qui l'aide... Gisors sourit. Le sourire de ses lèvres aux coins abaissés, amincies déjà, l'exprimait avec plus de complexité que ses paroles (MALRAUX, Cond. hum., 1933, p. 209).
b) [Gén. sous la forme un sourire suivi (ou précédé) d'un adj. ou d'un compl. de spécificité] Expression d'un visage qui sourit.
) Sourire + adj. ou adj. + sourire. Un bref, faible, fin, grand, large, mince, pâle, petit, rapide, vague sourire; un beau, charmant, doux, gracieux sourire; un continuel, éternel sourire; un sourire céleste, contenu, délicieux, discret, divin, enchanteur, énigmatique, étrange, exquis, figé, indéfinissable, insaisissable, irrésistible, maternel, mystérieux, timide, tranquille. De belles filles pâles, avec des yeux noirs, des cheveux noirs et un ineffable sourire sur leurs lèvres roses (SUE, Atar-Gull, 1831, p. 19). Je revois l'habituel sourire qui me plaît tant, — le sourire enfantin qui n'efface pas tout à fait le pli triste de la bouche (FARRÈRE, Homme qui assass., 1907, p. 211).
PSYCHOL. (Le) premier sourire (de l'enfant). Moment du développement de l'enfant, se situant aux environs du deuxième mois, où celui-ci manifeste sa satisfaction, sa joie en réagissant par un sourire (sourire social), période succédant à celle du pré-sourire (sourire mécanique), ,,sourire du simple plaisir physique`` (FOULQ. 1971). Et cette bouche, qui s'ouvre avec le geste de la parole; et ce premier sourire, qui est la première émission et le premier témoignage moral (GONCOURT, Journal, 1861, p. 880). C'est dès les premiers sourires (fin du deuxième mois), et dès les formes élémentaires d'imitation qu'on peut parler d'échanges actifs avec l'entourage (Traité sociol., 1968, p. 229).
) (Le, un) sourire de + élém. de compar. Un sourire d'enfant; un sourire de sphinx. Relevant la tête et rayonnant d'un sourire d'ange: Vous me trouvez bien frileuse, n'est-ce pas? (MICHELET, Journal, 1858, p. 403). Cette légère tension de l'orbiculaire qui suspend à ses lèvres le sourire de la Joconde (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 204).
) Loc. fam. [À propos d'un sourire empreint d'une certaine froideur, réfrigérant, glacial] Un sourire à fendre du bois (VALLÈS, Réfract., 1865, p. 73). Sourire à donner des engelures (BLOY, Femme pauvre, 1897, p. 275).
) Subst. + de sourire. Une espèce, une ombre de sourire. Une émotion fraternelle crispa (...) leurs bouches, dans une sorte de sourire amical (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 591).
) Verbe + sourire. Décocher des sourires; échanger, esquisser un sourire; faire un (des) sourire(s); jeter un sourire; avoir un sourire (pour). Il m'adressait à la dérobée de petits sourires où semblait se déclarer une sympathie toute personnelle (PROUST, Guermantes 1, 1920, p. 408). Il s'approcha, serra des mains, distribua des sourires, et s'aperçut qu'il ne connaissait pas plus le marié que la mariée, s'étant tout simplement trompé de jour (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p. 71).
) Prép. + sourire. Avec (de, par, sans) un (des) sourire(s); dire, répondre, saluer avec un sourire; s'exprimer par un sourire; s'achever par un sourire; acquiescer, remercier, saluer, s'excuser d'un sourire, par un sourire, sans un sourire, sans le moindre sourire. La vieille qui n'a plus de larynx (...) s'exprime surtout par hochements de tête, par sourires, par signes (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 287). Elle le remercia d'un sourire et posa la tête au creux, de l'oreiller (MARTIN DU G., Thib., Mort père, 1929, p. 1316).
Loc. Être tout sourire(s). Sourire largement, sans retenue. « Vous faites votre marché, Monsieur Slavsky? » L'épicière était tout sourire: c'était bien la première fois qu'on voyait M. Slavsky avec un sac à provisions. « Qu'est-ce que je vais vous donner? », continua-t-elle (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 258). Nous étions tout sourires quand nous sommes entrés dans le vaste salon (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 207).
BEAUX-ARTS. Expression peinte ou sculptée du sourire. Immortaliser un sourire sur une toile. Je ne pense pas pouvoir donner un plus amusant exemple des dispositions générales à l'égard de la peinture que la célébrité de ce « sourire de la Joconde », auquel l'épithète de mystérieux semble irrévocablement fixée (VALÉRY, Variété [I], 1924, p. 262).
2. [Le sourire traduit des états d'âme divers] Paul se retournait vers les Orgel et François, et leur souriait. Ce sourire pouvait s'interpréter de façons diverses. C'était soit: « Mais non, je vous assure, je suis très bien, il ne fait pas froid du tout », soit le sourire qui pardonne (RADIGUET, Bal, 1923, p. 41).
a) Expression d'un sentiment favorable. De la place où j'étais, j'admirais ce don du sourire que Dieu a accordé aux monarques, cette élasticité des muscles qui tient à la fois à une supériorité de race et à un titre de vocation (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 227). Ils répondaient par d'égrillards sourires au sourire amusé des filles plantées debout au seuil des maisons — ce sourire qui grâcie et dit: — Mauvaises têtes! (COURTELINE, Train 8 h. 47, 1888, p. 211).
) Adj. + sourire ou sourire + adj. Un sourire affectueux, aimable, amical, attendri, avenant, béat, bienveillant, bon, câlin, complaisant, complice, épanoui, fier, gai, gentil, heureux, indulgent, ingénu, malicieux, malin, poli, spirituel, tendre. Je l'ai revue, toujours avec son sourire. Pas un sourire forcé, pas un sourire qui paye, non, un vrai sourire, qui venait d'elle, et qu'elle donnait (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 173). Il s'approche de notre table avec un sourire satisfait de patron dont les affaires prospèrent (DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p. 110).
) Sourire de + subst. Un (des) sourire(s) d'accueil, d'attendrissement, de bienvenue, de bonté, de contentement, de joie, de remerciement. Sa mauvaise humeur fit place à un sourire de satisfaction qui rida ses lèvres (SUE, Atar-Gull, 1831, p. 15). Aucun sourire de reconnaissance ne vint adoucir sa poignée de main (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 80).
b) Expression d'une ironie, d'un doute. C'est justement ce sourire dont tu parles, ce sourire, cette ironie imperceptible (...) dont je te disais qu'il faisait le fond de mon être (RIVIÈRE, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1907, p. 40). L'hilarité était irrésistible au point que M. Nadaud lui-même y cédait; du moins souriait-il, et les rires alors, s'autorisant de ce sourire, ne se retinrent plus. Le sourire du professeur était ma condamnation assurée (GIDE, Si le grain, 1924, p. 422).
) Sourire + adj. Un sourire amusé, demi-moqueur, étonné, incrédule, (mi-)railleur. En cessant nos relations, nous y gagnons tous les deux (...) ajoutai-je avec un sourire tant soit peu ironique (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 410). Mouron, loin d'admirer et de s'émouvoir, garda durant mon récit un sourire moqueur (FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 388).
) Sourire de + subst. Un sourire d'incrédulité, de moquerie. L'on pouvait déjà prévoir, à son mauvais sourire d'ironie, qu'il ne ferait jamais rien de bon dans la vie (AYMÉ, Jument, 1933, p. 37).
) Verbe + sourire. Réprimer un sourire; laisser échapper un sourire; ne pas pouvoir retenir un sourire. Regarde-moi celui-là, avec sa mine de capitaine d'habillement tombé dans la graisse et dans le malheur! Jacques ne put retenir un sourire à la vue du vieil officier qui passait (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 266).
c) Expression d'une politesse. Un sourire diplomatique, engageant, forcé, obligatoire, stéréotypé; un sourire de bureau, de commande, de métier; commerce à sourires. Il avait sur les lèvres le sourire de bienveillance que prennent les marchands quand vous entrez chez eux; mais ce sourire commercial était l'image de son contentement intérieur (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 66). Le maître d'hôtel (...) produisait son sourire numéro 1, le grand sourire d'un louis de pourboire (HAMP, Marée, 1908, p. 73).
d) Expression d'un malaise. Un sourire amer, déçu, désabusé, désespéré, douloureux, embarrassé, grave, mélancolique, résigné; un pauvre sourire; un sourire d'angoisse, de tristesse. Il hâte le pas sans y songer, avec un sourire si doux et si triste qu'un roulier qui passe lui tire son chapeau sans savoir pourquoi (BERNANOS, Soleil Satan, 1926, p. 156). Son pauvre sourire n'en peut plus, et de grosses larmes roulent au bord de ses cils (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p. 1477).
e) Expression d'une agressivité. Un sourire acéré, aigu, aigre-doux, ambigu, blême, contraint, cruel, dédaigneux, effrayant, faux, hautain, hideux, horrible, hypocrite, insolent, insultant, méprisant, satisfait, triomphant; un affreux sourire; un sourire de dédain, de fatuité, de mépris, d'orgueil, de reproche. Je crus voir grimacer devant moi, avec son sourire glacial, la figure sèche de Desgenais (MUSSET, Confess. enf. s., 1836, p. 224). Un mauvais sourire point sur son visage, se développe comme une glaciale aurore de décembre (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 259).
B. — P. métaph. ou au fig.
1. — [À propos de choses]
a) Littér. ou poét. [À propos de la nature ou d'un élément de la nature] Aspect agréable et souriant (de). Le sourire des arbres, des fleurs, d'une vallée. Il faisait un temps magnifique. (...) On eût dit le premier sourire du printemps. Tout avait un air de fête autour de moi (DUMAS fils, Dame Cam., 1848, p. 284). Des bocages creux, des chemins sombres, çà et là le bleu sourire d'une colline (CHÂTEAUBRIANT, Lourdines, 1911, p. 14):
2. ... Grazia lui apportait en dot le trésor le plus rare, que j'amais Olivier n'avait possédé: la joie. La joie de l'âme et des yeux. La lumière. Le sourire de ce ciel latin, qui baigne la laideur des plus humbles choses, qui fleurit les pierres des vieux murs, et communique à la tristesse même son calme rayonnement.
ROLLAND, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1461.
b) [À propos de choses en gén., ou d'un objet précis dont l'aspect est aimable, agréable] Le sourire d'une maison, d'une rue. Le résigné sourire d'un parloir Qui fit vœu de blancheur chez les Visitandines (RODENBACH, Règne sil., 1891, p. 3). Tout dans cette vieille rue, qui s'éveillait au soleil, m'était sourire et divertissement (FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 321).
c) P. plaisant. [À propos d'un vêtement, d'un accessoire usagé] Déchirure, ouverture béante. Le géographe [jeta] un regard de détresse sur ses tristes, tristes vêtements, et le sourire de ses chaussures (TOULET, Comme une fantaisie, 1918, p. 100).
2. [À propos d'un inanimé abstr.]
a) Joie intérieure, bonheur intime. Le sourire de l'âme. [L'âme que votre âme a regardée] est si sûre d'on ne sait quoi que rien ne pourra désormais effacer ou pâlir son sourire intérieur (MAETERL., Trésor humbles, 1896, p. 222).
b) Faveur, coup heureux du sort (v. sourire1 II B 2). [Marchenoir] allait risquer cette somme qui lui tombait du ciel dans une entreprise des plus hasardeuses, mais capable, après tout, — en supposant un sourire de la Fortune, — de rémunérer le téméraire (BLOY, Désesp., 1886, p. 314).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694, 1718: sous-; 1740: soû-; dep. 1762 sou- Étymol. et Hist. 1. 1454 sourir « action de sourire » (Le Livre de Alixandre et de Cligès son fils ds Cligès, éd. W. Foerster, p. 323); 2. 1763 fig. (MARMONTEL, Poétique Française, p. 153: au premier sourire du printemps). Empl. subst. de sourire1.
STAT. Sourire1 et 2. Fréq. abs. littér.:17 834. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 15 108, b) 27 490; XXe s.: a) 29 705, b) 30 362. Bbg. QUEM. DDL t. 28.

1. sourire [suʀiʀ] v. intr.
ÉTYM. V. 1175; sozrire, v. 1130; du lat. subridere, de sub « sous », et ridere. → Rire.
1 Prendre une expression rieuse ou ironique par un léger mouvement de la bouche et des yeux. || Se mettre à sourire (→ Aimer, cit. 50; moi, cit. 8). || Essayer, s'efforcer de sourire (→ Appliquer, cit. 28). || Ne pouvoir s'empêcher de sourire (→ Fondeur, cit. 1). || Regarder, saluer qqn en souriant (→ Indéfinissable, cit. 4; musculature, cit. 3). || Dire, répondre en souriant (→ Dépense, cit. 2; hébreu, cit. 7; institution, cit. 17). || Elle souriait de ses yeux jeunes (cit. 19). || Écarquiller les yeux en souriant (→ Éveiller, cit. 21). || Sourire au milieu de ses larmes (→ Quoique, cit. 17). || Sourire rarement (→ Exquis, cit. 12). || Il est sinistre : il ne sourit jamais. || Ne plus sourire (→ Diable, cit. 17). || Sourire franchement (→ Imbiber, cit. 8), complaisamment, ironiquement, malignement (→ Faute, cit. 18), amèrement, tristement (→ Hésiter, cit. 24). || Sourire de joie et de tendresse (→ Nature, cit. 27). || Il souriait, flatté (cit. 13) dans son orgueil. || Sourire avec bonté, avec fatuité (cit. 2), avec tristesse (→ Rendre, cit. 51), d'un air modeste, désabusé (→ Notable, cit. 1). || Sourire du bout, du coin des lèvres, à part soi. — ☑ Loc. Sourire jaune (cit. 4).Chose qui fait sourire, prête (cit. 16) à sourire (→ Héritier, cit. 3; piano, cit. 2).Vous souriez, vous m'avez compris.
1 Bonaparte sourit d'une manière qui frappa le capitaine : plus le visage est sérieux, plus le sourire est beau.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. IV, p. 73.
2 (…) les paupières mi-closes, la bouche entr'ouverte, elle sourit d'un sourire qui ressemblait à un baiser.
France, Histoire comique, III.
3 Elle a souri, bien que son visage exprimât certainement autre chose que la gaieté, ou l'ironie.
Bernanos, Journal d'un curé de campagne, p. 166.
4 Grand-père souriait. Il ne savait guère que sourire, mais il le faisait si bien que grand-mère le regardait avec ravissement.
H. Bosco, l'Âne Culotte, p. 38.
5 Cinq jours après sa naissance, le petit homme sait sourire.
G. Duhamel, les Plaisirs et les Jeux, II, XI.
(1683). Par ext. || Visage, lèvres, yeux qui sourient (→ Animer, cit. 30; arc, cit. 13; nuance, cit. 7).
6 (…) ce visage morne, qui sourit quelquefois, mais qui n'a pas la force de rire.
A. de Musset, Lorenzaccio, I, 4.
7 La bouche aux dents serrées, qui n'éclatait presque jamais de rire, souriait souvent, d'accord avec les grands yeux aux clins lents et rares, sourire cent fois loué, chanté, photographié, sourire profond et confiant qui ne pouvait lasser.
Colette, Chéri, p. 11.
(XIIIe). || Sourire à (qqn) : lui témoigner par un sourire (2. Sourire) de l'affection, de la tendresse, de la sympathie, de la compréhension…, ou simplement des égards de politesse, de courtoisie, de galanterie; adresser un sourire (2. Sourire) à qqn (→ Consoler, cit. 5; dessillement, cit.; dissimuler, cit. 7; étincelant, cit. 5). || Elle lui sourit à plusieurs reprises (→ Effet, cit. 28). || Vous m'aviez souri (→ Parce que, cit. 4). || À qui souriais-tu ? (→ Lieu, cit. 3).
8 Sans que mère ni père ait daigné me sourire.
Racine, Iphigénie, II, 1.
Par ext. || Sourire à qqch. || « Souris à tes premiers amours » (cit. 38).
2 (Av. 1778). S'amuser, plaisanter, se moquer de qqch., ne pas le prendre au sérieux, marquer du dédain, de l'incrédulité, du mépris, du scepticisme… (en manifestant ou non son sentiment par l'expression de son visage). || Se contenter de sourire. || Sa naïveté fait sourire, prête à sourire.Sourire de (qqn, qqch.) : être amusé par, se moquer de. || Elle se mit à sourire de son accoutrement (→ Aimer, cit. 54; incriminer, cit. 3; palefrenier, cit. 3).
3 (1798). Fig. (Sujet n. de chose). || Sourire à (qqn) : lui être agréable, convenable ou favorable. || La chance me sourit. || Ce projet, cette idée me sourit, ne me sourit guère. Chanter, convenir, plaire (→ Je, cit. 7). || Un mariage qui ne me sourit pas (→ Embarquer, cit. 13).
9 Être beau, c'est-à-dire avoir en soi un charme qui fait que tout vous sourit et vous accueille; qu'avant que vous ayez parlé tout le monde est déjà prévenu en votre faveur et disposé à être de votre avis; que vous n'avez qu'à passer par une rue, ou vous montrer à un balcon pour vous créer, dans la foule, des amis ou des maîtresses.
Th. Gautier, Mlle de Maupin, V.
4 Fig., littér. (Sujet n. de chose). Être radieux, rayonner, resplendir. || Le matin souriait (→ Céleste, cit. 6).
10 L'éternel printemps souriait sur nos têtes.
E. Fromentin, Un été dans le Sahara, p. 9.
——————
se sourire v. pron.
a (Récipr.). Sourire l'un à l'autre. || Se regardant et se souriant (→ Prendre, cit. 120).
b (Réfl.). || Elle se souriait dans la glace.
DÉR. 2. Souriant, sourieur, 2. sourire, 2. souris.
————————
2. sourire [suʀiʀ] n. m.
ÉTYM. V. 1175; substantivation de 1. sourire. → aussi 2. Souris.
1 Action de sourire (1. Sourire), mouvement de la bouche (relèvement des commissures), expression du visage, des yeux, exprimant en général un état agréable, bienveillant ou non (moquerie, plaisir de nuire, etc.). 2. souris (vx). || Apparition du sourire chez l'enfant. 2. Rire (cit. 5). || Avoir, faire un sourire (→ Curiosité, cit. 13). || Avoir le sourire aux lèvres (→ Cruel, cit. 25), sur les lèvres, aux coins des lèvres (→ Brider, cit. 6). || Saluer avec un sourire (→ Assistance cit. 3). || Avouer, dire, répondre avec un sourire (→ Hommasse, cit. 2; image, cit. 20; jet, cit. 10). || Distribuer, échanger des sourires, de petits sourires (→ Flagorneur, cit.; 1. mine, cit. 24; mystérieux, cit. 9). || Recevoir un sourire (→ Bienvenue, cit. 2). || La vivacité de son sourire (→ Air, cit. 28). || Grâce (cit. 69) dans le sourire. || Faire naître (→ Enjouement, cit. 8), exciter (→ Faux, cit. 41) le sourire. || Arracher (cit. 39) un sourire à qqn.Littér. || Un sourire s'allume (cit. 16), fleurit (→ Bonté, cit. 7), flotte (→ Céleste, cit. 13), erre (→ Galantin, cit.), glisse (cit. 28) sur ses lèvres.Minauderies (cit. 3) et sourires.Un large sourire, un sourire épanoui, radieux; béat. || Un faible (→ Bouche, cit. 5), un léger sourire. || Un sourire indécis, discret, furtif, réticent, contraint, pincé; gai; grave, froid (→ Colorer, cit. 11), triste… || Un bon sourire (→ Câlin, cit. 2). || Un sourire mauvais (→ Cheveu, cit. 16), féroce. || « Dors-tu content, Voltaire, et ton hideux (cit. 4) sourire (…) » || Un sourire enfantin, innocent, ingénu, angélique, céleste, affectueux (cit. 3), doux (→ Enfant, cit. 4; hussard, cit. 3), attendri (→ Couver, cit. 2), charmant, gracieux, divin, confiant. || Sourire bienveillant, condescendant (cit. 1), indulgent, protecteur. || Sourire fin, spirituel, malicieux, malin, complice (→ Clignement, cit. 2), ironique (→ Ironie, cit. 10). || Un sourire méphistophélique, méprisant, moqueur, insolent, railleur, amer (→ Jeune, cit. 14), désabusé (cit. 9). || Un sourire lamentable (cit. 5). || Un sourire singulier, inexprimable (→ Allonger, cit. 3), indéchiffrable (cit. 5), mystérieux, énigmatique. || Le sourire de la Joconde (→ Bienfaisance, cit. 4).Sourire de contentement, de joie, de satisfaction, de bonheur (→ Extasier, cit. 5). || Sourire d'affection, de tendresse. || Sourire de dédain, de mépris, de pitié, de résignation. || Sourire de défi (→ Désapprobation, cit. 2). || Sourire d'incrédulité. || Sourire de complaisance, de connivence, d'intelligence.
1 Tout l'esprit de Mme de Staël était dans ses yeux, qui étaient superbes. Au contraire, le regard de Rivarol était terne; mais tout son esprit se retrouvait dans son sourire, le plus fin et le plus spirituel que j'aie vu, et dans les deux coins de sa bouche qui avaient une expression unique de malice et de grâce.
Rivarol, Rivaroliana, II.
2 (L'amant) regarde les yeux de ce qu'il aime, un seul sourire peut le mettre au comble du bonheur, et il cherche sans cesse à l'obtenir.
Stendhal, De l'amour, VIII.
3 (…) une fine joue couleur de pêche, relevée par le coin d'une lèvre de pourpre où le sourire voltige sur deux rangs de perles !
A. de Musset, Carmosine, I, 8.
4 (…) la bouche se contracta pour exprimer ce sourire de contentement que l'on nomme familièrement faire la bouche en cœur.
Balzac, le Lys dans la vallée, Pl., t. VIII, p. 817.
5 Si vous n'avez rien à me dire,
Pourquoi venir auprès de moi ?
Pourquoi me faire ce sourire
Qui tournerait la tête au roi ?
Hugo, les Contemplations, II, IV.
6 Ce sourire pouvait s'interpréter de façons diverses. C'était soit : « Mais non, je vous assure, je suis très bien, il ne fait pas froid du tout », soit le sourire qui pardonne.
R. Radiguet, le Bal du comte d'Orgel, p. 41.
7 Lorsque l'art grec, encore lié à l'Égypte, avait découvert le sourire, il avait découvert aussi un nouvel équilibre du corps. On ne pourrait confondre le couros de milo, même sans tête, avec une statue égyptienne.
Malraux, la Métamorphose des dieux, p. 44.
Loc. fam. Avoir le sourire : être heureux, content, enchanté de ce qui est arrivé, montrer sa satisfaction.Garder le sourire : rester souriant, de bonne humeur en dépit d'un échec, d'une déception…
Par ext. || Le sourire des lèvres, d'une belle bouche (→ Jalousie, cit. 23), des yeux. — ☑ Allus. littér. Un sourire baigné, mouillé de larmes (cf. Homère, l'Iliade, VI, v. 484; → aussi Gaulois, cit. 8).
2 Fig. || « Le sourire de l'âme, préférable au rire de la bouche » (Voltaire, l'Écossaise, Préface). || Le sourire du printemps, du destin (→ aussi Fronton, cit. 4).
COMP. Demi-sourire.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sourire — d une petite fille irakienne Sourire d une jeun …   Wikipédia en Français

  • sourire — 1. (sou ri r ) v. n.    Se conjugue comme rire. 1°   Rire sans éclat, par un léger mouvement de la bouche et des yeux. Ils se sont souri réciproquement. Elle s est souri en se mirant dans la glace. •   Sa bouche, qui est la plus petite et la plus …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Sourire — Sœur Sourire (franz. „Schwester des Lächelns“) (* 17. Oktober 1933 in Wavre bei Brüssel; † 30. März 1985 ebenda; eigentlich Jeanine Deckers) war eine belgische Nonne des Dominikanerordens und Chansonsängerin. Inhaltsverzeichnis 1 Leben 1.1 Frühe… …   Deutsch Wikipedia

  • SOURIRE — v.intr. Rire légèrement, sans bruit, d’un simple mouvement de la bouche et des yeux. Sourire obligeamment, malicieusement, dédaigneusement. Il vint au devant de moi en souriant. Il ne répondit rien, mais il se mit à sourire. Elle souriait en me… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • SOURIRE — v. n. (Il se conjugue comme Rire. ) Rire sans éclater, et seulement par un léger mouvement de la bouche et des yeux. Sourire obligeamment, malicieusement, dédaigneusement, de dédain. Il vint au devant de moi en souriant. Il ne répondit rien, mais …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SOURIRE — s. m. Action de sourire. Sourire agréable, malin, moqueur, fin, spirituel. Faire un sourire. Elle a le sourire gracieux. Il avait toujours le sourire sur les lèvres …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • sourire — nm. SORIRE (Aix, Albanais, Annecy, Thônes), sourire (Aussois, Giettaz), seuri, sori (Arvillard), C. ppr. sorejan <souriant> (Table). A1) sourire des bébés au berceau (on dit qu ils regrettent le paradis) : mâlè (Cruseilles.AVG.58). B1) expr …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • sourire — Grimace éphémère et typiquement huymaine, qui réalise par le simple écartement du coin des lèvres, la somme la plus universelle, la plus consolante, la plus aimable, des expressions silencieuses de la séduction: le sourire est, symboliquement,… …   Dictionnaire de Sexologie

  • sourire — [suʀiʀ] sou + rire (v. 3) Présent : souris, souris, sourit, sourions, souriez, sourient ; Futur : sourirai, souriras, sourira, sourirons, sourirez, souriront ; Passé : souris, souris, sourit, sourîmes, sourîtes, sourirent ; Imparfait : souriais,… …   French Morphology and Phonetics

  • Sourire — III гр., (avoir) P.p.: souri Улыбаться, усмехаться Présent de l indicatif je souris tu souris il sourit nous sourions vous souriez ils sourient …   Dictionnaire des verbes irréguliers français